Éclairage : Quelles opportunités pour les électriciens ?

28/05/2019

Éclairage : Quelles opportunités pour les électriciens ? Confort visuel optimal, économies d’énergies et mise en valeur du patrimoine constituent autant d’opportunités pour les artisans électriciens sur le marché de l’éclairage

Interview de Monsieur Fabien Lafon, Electricien – CAPEB Haute-Savoie qui nous explique son métier, ses évolutions et ses attentes sur le marché de l’éclairage.


 

La CAPEB Auvergne-Rhône-Alpes, c’est quoi ? Pouvez-vous nous resituer le métier, les missions de la CAPEB ?

La CAPEB, confédération de l’artisanat et des petites entreprises du Bâtiment est la première organisation professionnelle d’employeurs en nombre d’entreprises adhérentes, au sein de la branche du Bâtiment et au plan interprofessionnel.
Sa vocation est de conseiller, accompagner et défendre les entreprises artisanales du Bâtiment.
Elle est organisée autour de 3 échelons : national, régional et départemental.
En Auvergne-Rhône-Alpes, l’artisanat du Bâtiment c’est 68 000 entreprises (98% des entreprises de la branche) et 76 000 salariés, dont 8 100 apprentis. Il représente également 10,5 milliards de chiffre d’affaires (64% du total de la branche).
La CAPEB apporte aux entreprises des services personnalisés dans les domaines : juridique et social, santé-sécurité, économique, qualifications, emploi-formation, patrimoine-environnement, technique.
Elle les représente au sein de différentes instances de décision et auprès des pouvoirs publics.

 

Quel est votre rôle au sein de la CAPEB et pourquoi ce choix de mettre vos compétences au service de ce réseau ?

Je suis 2ème Vice-Président à la CAPEB Haute-Savoie et Président de l’Union Régionale Artisanale 3E (Equipement Electrique et Electrodomotique) Auvergne-Rhône-Alpes. A ce titre, je réunis régulièrement les collègues électriciens de la région pour échanger et débattre sur les problématiques rencontrées sur le terrain.
Notre rôle est de détecter les besoins des artisans et de les faire remonter à l’Union Nationale Artisanale 3E, sous forme de préconisations.
Je participe également aux commissions régionales de liaison avec EDF (CRLE), lieux d’échanges entre EDF et les acteurs des filières Electrique et Génie climatique, ainsi qu’aux comités SéQuélec (Sécurité et Qualité dans l’utilisation de l’électricité) Rhône et Alpes, instances de concertation qui réunissent Enedis et des organisations professionnelles d’installateurs électriciens. Ils visent à favoriser la qualité et la sécurité des ouvrages électriques, du réseau de distribution jusqu’aux installations des clients.

Je suis très attachée à la santé et sécurité, que ce soit celle des salariés, du chef d’entreprise lui-même ou de celle des clients. C’est pour cette raison que je siège parallèlement au conseil d’administration de l’organisme de prévoyance du BTP, l’OPP BTP et que je suis également investi dans la mise en œuvre du plan régional santé au travail piloté par la DIRECCTE.
S’engager pour l’évolution de nos métiers, la sécurité… C’est enrichissant à tous les plans : politique, syndical, réseaux. Dommage que nous ne soyons pas plus nombreux. C’est un investissement en temps bien-sûr, mais c’est tellement valorisant de se sentir utile, pour la profession, pour les collègues.

 

Pourquoi rejoignez-vous les partenaires du salon onlylight ? Quels sont vos projets et objectifs durant ces 2 jours de salon ?

Les domaines de compétences des Unions Nationales Artisanales de la CAPEB sont l’élaboration et la mise en œuvre d’une politique professionnelle au sein de la filière, la promotion et la représentation des métiers, l’anticipation des évolutions des métiers, la prospective professionnelle et la conquête des marchés.
C’est tout cela que nous venons chercher sur le salon Onlylight. L’éclairage est une composante importante de nos métiers. Il est important pour nous de nous informer sur les différents produits, les évolutions technologiques qui résulteront du règlement européen « éco-conception ».
C’est pourquoi, j’espère que mes collègues artisans viendront nombreux pour assister aux conférences, rencontrer les acteurs de l’éclairage…, nous les accueillerons avec plaisir sur le stand de la CAPEB.


Quelles sont les contraintes liées à votre métier ?

Notre profession est de plus en soumise à des exigences de performance dans les opérations de rénovation des installations d’éclairage. Nous avons un devoir de conseil et nos clients attendent de nous un vrai regard d’expert.
Notre profession se heurte à de nombreuses contraintes normatives, avec une multiplication et juxtapositions de qualifications et d’assurances obligatoires pour chaque type d’activité exercé… et le métier d’électricien est très varié, éclairage bien-sûr mais aussi distribution électrique, réseaux informatiques, ventilation, aération, chauffage, énergies renouvelables comme le photovoltaïque et l’éolien, domotique, robotique…
Avant l’électricien était un généraliste, aujourd’hui il devient de plus en plus pointu. Pour des entreprises artisanales, ce n’est pas simple de suivre toutes ces évolutions et pourtant c’est incontournable pour durer, et surtout en termes de sécurité. Heureusement la CAPEB est là pour les accompagner. Les inciter à participer à ce type de salon fait partie de cet accompagnement.


Quel avenir pour les électriciens ?


Le plan de rénovation de l’éclairage prévu au niveau Européen constitue un vrai gisement pour les électriciens. Toutes les conditions sont réunies pour que les électriciens se positionnent auprès de leurs clients comme un prescripteur d’installations d’éclairage, compétent pour fournir plus que la lumière : du confort, de la performance, des économies d’énergie, une image de modernité.
Pour revenir au sujet qui m’est cher, la santé. On sait aujourd’hui grâce à la luminothérapie, que lumière et santé sont étroitement liées. On ne parle plus seulement de confort visuel, mais de confort psychique, psychologique. Il y-a une vraie prise de conscience du bien-être que peut apporter l’éclairage, à la maison comme au travail. L’éclairage biodynamique est une perspective intéressante à cet égard.
L’électricien participe aussi à la réduction de la production d’énergie, grâce à l’éclairage LED, le recours aux énergies renouvelables comme le photovoltaïque, ou encore l’éolien.


La Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment propose à ses adhérents de les recevoir et conseiller sur leur stand durant les 2 jours du salon. Au programme : un stand et des conférences.

Conscient des évolutions de la lumière ces dernières années : innovations technologiques, LED, nouveaux usages, la CAPEB Auvergne-Rhône-Alpes organise pour les plus de 68.000 entreprises du bâtiment de la région des actions spécifiques sur les 2 journées :

CAPEB AUVERGNE-RHÔNE-ALPES

59 RUE DE SAINT CYR
LYON CEDEX 9

Tel – 04 72 85 06 66
Mail – capeb@capeb-auvergnerhonealpes.fr